Test Ghost Recon Wildlands : que vaut-il sur PS4

Considéré comme le plus réussi des opus de Ghost, avec cette version, Ubisoft a vraiment frappé fort. Tom Clancy, depuis Splinter Cell, Ghost recon, ou encore Rainbow six the division, ne cesse d’innover ses produits. Dans cette série, Ghost recon wildlands se joue dans un monde ouvert dans les contrées de la vaste Bolivie. Une aventure coopérative par excellence où se succèdent missions, découvertes, endroits à explorer, caches d’armes à découvrira ainsi que des boss et lieutenants à assassiner ou à intimider. Bref, tout un monde imaginaire qui vous plongera au cœur du terrorisme et de narcotrafiquants féroces. Voici nos impressions après la prise en main du jeu vidéo.

À la découverte du jeu : le synopsis

Le jeu se déroule en Bolivie, le pays jadis nommé paradis Sud-Américain. Dans le jeu, le pays n’est plus qu’un état hors de contrôle où l’autorité locale est véritablement sous la corruption et a fini par jeté l’éponge. La loi du plus fort y règne et le pays est la cible d’un narco-état qui a pris les pouvoirs. Ce narco-état appelé le cartel de la Santa Blanca domine tout le pays et y fait régner la violence. Ainsi, le trafic de cocaïne est le quotidien des habitants. À la tête du cartel se trouve El Sueno, le parrain de la drogue et ses fidèles lieutenants qui font régner la terreur partout dans les villes et les villages de la Bolivie, même les plus isolés. Un agent de la CIA, dépêché pour recueillir des infos a été retrouvé mort, mutilé et torturé. Les autorités américaines réagissent alors à ce macabre découvert en envoyant sur place les Ghost qui est une unité d’élite dont l’objectif est de stopper l’organisation et d’éliminer le cartel par tous les moyens. Une poignée de rebelles, las de l’emprise d’El Sueno et de ses hommes, luttent sans cesse pour faire régner le peu d’ordre qui reste de leur pays. Les Ghost partent de ce fait, à la chasse, dérobent des médicaments, libèrent des stations radios, livrent des marchandises ou arrêtent des convois de carburant. Et tout ceci, afin d’aider la population locale. Au fur de la progression des missions, les Ghost seront aidés de temps en temps par ces braves rebelles.

Appréciations du jeu

Toujours dans la lignée des fameux jeux, signatures de Tom Clancy, ce nouvel épisode de Ghost est toujours fidèle à ses griffes et sa renommée qui a permis à l’éditeur d’obtenir ses précédents primes. Terrorisme, complot, trahison et patriotisme rendent cette aventure encore plus palpitante et ravivent l’excitation des fans. La narration, présente au début du jeu, pimente encore plus l’aventure, tandis que les cinématiques sont moins présentes et jouent juste le rôle de liaison entre les missions. Les scénaristes n’ont pas mâchés les mots, et au-delà de tout, pas de censure au niveau des dialogues. Par ailleurs, au fur et à mesure de la progression des Ghost, le monde ouvert offre des trésors, des missions et des personnages cachés ou à éliminer. Chaque région découverte est synonyme de nouvelle mission principale, ou de quêtes à accomplir. Le décor est sans doute l’un des plus réussi dans le genre et nous offre un cadre palpitant et exaltant, allant des montagnes enneigées et en passant par les forêts verdoyantes ou des déserts rocailleux. Chaque aventure se déguste à la petite cuillère, car la qualité du décor est telle que l’on a envie de tout parcourir rapidement. Les engins, véhicules, hélicoptères ou même des tracteurs sont tous accessibles à conduire, et fait de ce jeu, l’un des meilleurs qu’on a sur le marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *